Formation continue

Devenir Modeleur 3D : formation, logiciels et salaire par un Pro

Devenir Modeleur 3D : formation, logiciels et salaire par un Pro

Nous recevons aujourd’hui Nicolas Rozet, modeleur 3D et intervenant pour la formation professionnelle ZBrush de GOBELINS. 

Parce qu’il y a plusieurs étapes avant l’animation, nous allons revenir avec Nicolas sur le rôle crucial du modeleur dans la création de personnages et d’éléments marquants.

De sa passion pour le divertissement à son travail sur Sahara et les Minions 2 des décennies plus tard, retour sur le parcours d’un faiseur d’émotions.

 

Bonjour Nicolas, peux-tu te présenter pour les lecteurs de GOBELINS ?

Je m’appelle Nicolas Rozet, j’ai 38 ans et je travaille depuis environ 10 ans dans l’animation 3D en tant qu’intermittent du spectacle.

J’ai un parcours un peu atypique puisque je viens d’une filière STI. J’ai passé mon BAC avant les années 2000 et, à l’époque, être devant une ordinateur signifiait travailler dans l’électronique.

J’ai ensuite suivi une formation en 3D en 2001 mais qui s’est avérée très incomplète. On peut donc considérer que je suis presque un autodidacte.

Je suis arrivé sur le marché de l’emploi en 2002, en pleine crise de l’animation. J’ai donc dû mettre ma passion de côté pour m’en sortir. 

J’ai été vendeur de jeux vidéo pendant cinq ans jusqu’à être finalement contacté par Ellipsanime en 2008. J’y ai travaillé en tant que modeleur jusqu’en 2012, notamment sur la série Garfield diffusée sur France 3.

Depuis cette date, j’ai évolué dans une dizaine d’entreprises dont la Station Animation sur de la série et le film Sahara, Gaumont Animation sur Oum le Dauphin Blanc pour TF1, chez Mikros Animation, Ubisoft pour du court métrage, en agence de publicité pour une campagne pour Casino Partouche, chez Zagtoon pour Ghostforce et enfin chez Mac Guff pour les Minions 2.

J’anime également des sessions de formation ZBrush à GOBELINS depuis 2014.

 

Sahara de Pierre Coré (2017)
Sahara de Pierre Coré (2017)

 

Pourquoi as-tu choisi de devenir modeleur 3D ?

Depuis l’âge de 7 ans, il était pour moi acquis que je devais travailler dans le milieu de l’entertainment (film, dessin animé ou jeu vidéo). 

C’était non négociable et ça m’a posé quelques problèmes avec mes parents, mes professeurs et parfois mes amis.

Je viens de la banlieue, un endroit où tu n’es pas censé réussir, où personne ne croit en toi, où tu es obligé de te battre deux fois plus pour y arriver, surtout à l’époque.

Si ma formation m’avait donné quelques bases, je devais travailler énormément à côté pour pouvoir réaliser un projet étudiant qui tienne la route et que je puisse montrer.

Et il y a eu ce gros break de cinq ans et, parfois, l’envie de tout laisser tomber. Mais j’ai continué la 3D dans mon coin puis j’ai eu ce coup de chance, cette rencontre avec un membre d’Ellipsanime.

Une équipe entière était mobilisée sur Garfield avec des besoins en profils juniors et seniors. J’avais des compétences techniques mais c’est surtout mon expérience de vie que je pouvais apporter dans un premier temps.

J’ai ensuite travaillé comme un fou pour rattraper mon retard, à m’en faire des tendinites. Sur la saison 2, je suis passé superviseur alors qu’il faut normalement plusieurs années pour y parvenir, le parcours normal étant junior, middle, senior et superviseur. Ça a été une aventure incroyable !

À la base, je ne voulais pas être modeleur mais animateur. Chez Ellips’, on me proposait initialement de faire du layout (équivalent du caméraman pour l’animation) mais ça ne m’intéressait pas vraiment.

Puis ils ont vu mon book et m’ont proposé de venir en modélisation en attendant qu’une place se libère en animation. J’ai tellement aimé cette expérience que je n’ai plus arrêté et je me suis spécialisé dans les personnages.

Je suis modeleur 3D depuis une dizaine d’années maintenant et depuis sept ans sur ZBrush. ZBrush est un logiciel de “sculpture virtuelle” grâce auquel tu peux manipuler de la matière 3D comme de la pâte à modeler.

Il faut savoir qu’à l’origine, Disney et Pixar sculptaient les éléments avec de la vraie terre afin d’avoir un rendu en volume. Ils les prenaient ensuite en photo ou les scannaient pour les modéliser en 3D et les décalquer. ZBrush permet d’éviter l’étape de sculpture traditionnelle.

Ce que j’adore avec ZBrush, c’est qu’il te permet d’obtenir le rendu visuel d’un personnage avec des couleurs en deux ou trois jours, là où la 3D traditionnelle nécessiterait environ deux semaines.

 

Qu’est-ce qu’un modeleur 3D pour toi ?

Le modeleur 3D récupère le design 2D pour le réinterpréter en volume avec les contraintes propres à la 3D et en anticipant les contraintes liées à l’animation par la suite.

Alors qu’il est possible de tricher sur la perspective en 2D par exemple, les rendus 3D doivent impérativement fonctionner sur tous les angles possibles !

Plus personnellement, mon ambition est de donner vie à des personnages pour raconter une histoire et créer des émotions. 

Même si on a l’obligation d’être aussi neutre que possible puisque ce sera à l’animation de donner de la personnalité, ZBrush permet quand même de réaliser de premiers tests d’expression, de mettre de la couleur et d’insuffler de la vie.

Modélisation 3D pour Casino Partouche
Modélisation 3D pour Casino Partouche

 

À quoi ressemble ton quotidien ?

C’est très variable car il me faut entre trois jours et une semaine pour travailler sur un seul personnage.

Globalement, ma mission est tout d’abord de dégrossir les volumes pour obtenir une silhouette globale puis de l’affiner.

Quand tu es superviseur ou référent, tu peux en plus être sollicité par ton équipe et être amené à consulter d’autres personnes pour obtenir leurs avis.

Mais il faut garder en tête que le ZBrusher est en amont de la production. Par conséquent, il n’a pas trop à se soucier de ce qui se déroulera après. 

Personnellement, j’aime quand même anticiper car j’ai une formation d’animateur traditionnel mais ce n’est pas une obligation.

 

Andy de ghostforce
Andy, héros de Ghostforce (TF1)

 

Quelles compétences faut-il pour être modeleur 3D ? 

D’un point de vue technique, une connaissance parfaite de ZBrush est nécessaire si l’on souhaite devenir ZBrusher. Connaître Maya et avoir des bases en maillage (placement des polygones en modélisation 3D) est aussi un plus intéressant.

Les modeleurs généralistes utiliseront, quant à eux, quasi exclusivement Maya.

D’un point de vue artistique, nous sommes sans cesse obligés de repousser nos limites pour être en accord avec la vision du réalisateur ou du directeur artistique. Le stress de ne pas être au niveau nous pousse chaque jour à nous dépasser.

Pour y arriver, on peut s’inspirer de Disney, Pixar et dans une certaine mesure de Dreamworks et parcourir les sites communautaires comme ArtStation

Mais le plus important est, comme je l’ai dit, d’être au plus près de ce que le réalisateur a en tête même si Disney a largement contribué à définir les canons de la beauté 3D.

Parfois, il est quand même possible de trouver des compromis. C’est ce qu’on a fait sur Ghostforce, la série qui suit Miraculous, avec un style à la fois manga et européen.

Ce que j’aime également dans le métier de ZBrusher, c’est le fait d’être un peu en dehors de la pyramide. Si je le voulais, je pourrais m’en tenir à un niveau de communication minimum mais un film, c’est une équipe. 

Les échanges avec le réalisateur en particulier sont nécessaires afin que l’on avance tous dans la même direction.

 

modelisation-3d-batman.jpg
Modélisation 3D de Batman (DC Comics)

 

Quelle formation recommandes-tu pour être ZBrusher ?

Il n’existe pas de formation dédiée à ZBrush quand on sort de l’école. On peut éventuellement découvrir le logiciel durant des formations plus longues de trois ou cinq ans en parallèle de la modélisation traditionnelle, des textures, de l’animation, du layout ou des effets spéciaux.

Mais ce sera à l’élève de se spécialiser ensuite en fonction de ce qu’il a préféré durant sa formation.

Les deux formations professionnelles que j’anime à GOBELINS sont destinées à des personnes qui travaillent déjà dans le milieu et qui veulent justement se spécialiser.

Il s’agit souvent de modeleurs, d’experts en 2D qui veulent se reconvertir mais aussi de sculpteurs sur argile traditionnels qui souhaitent évoluer vers le numérique. ZBrush leur permet en effet de fournir aux entreprises des rendus qui les aideront à vendre leurs créations. 

La formation dure cinq semaines avec une première semaine de sculpture classique pour apprendre les bases du modelage et découvrir comment la matière réagit au contact des doigts.

Mon intervention débute à l’issue de ce premier socle avec trois semaines de formation technique à ZBrush et une dernière semaine d’atelier de sculpture 3D sous ZBrush où il s’agira pour les stagiaires de créer un personnage de leur choix.

ZBrush est un logiciel particulier qui possèdent de nombreux outils dont l’utilité ne se révèle que dans leurs interconnexions. 

Idéalement, il faudrait tout découvrir en même temps pour comprendre le fonctionnement dans son ensemble mais c’est malheureusement impossible. Cela demande donc d’être très motivé mais ça vaut vraiment le coup.

utilisation de Zbrush
Utilisation de Zbrush pour Sahara

 

A quel salaire un ZBrusher peut-il prétendre ? Peux-tu nous décrire le marché de l’emploi ? Comment les animateurs se mettent-ils en valeur ?

En général, le métier de ZBrusher est un peu mieux rémunéré que celui de modeleur 3D car nous travaillons moins longtemps et nous avons une responsabilité artistique

A nouveau, si le personnage que tu as modelé ne correspond pas aux attentes du réalisateur, l’histoire s’arrête là pour toi.

En ce qui concerne le réseau, les modeleurs utilisent beaucoup LinkedIn pour entrer facilement en contact avec un grand nombre de personnes du milieu.

Personnellement, je ne fonctionne pour le moment qu’au bouche à oreille. 

En rencontrant les bonnes personnes, en faisant preuve de sérieux et en étant cool, tu peux être recommandé dans d’autres entreprises même dix ans après une collaboration. 

Il faut bien comprendre que le poste de modeleur se situe au tout début de la chaîne de production (design > modélisation > texture > animation > rendu). 

On a très peu, voire pas, de visibilité sur les opportunités de missions. Il est donc impératif que des personnes se souviennent de toi au stade de la formation de l’équipe pour te positionner sur le projet.

Oum le Dauphin Blanc (TF1)
Oum le Dauphin Blanc (TF1)

 

As-tu des projets persos en parallèle ?

C’est compliqué durant les phases de production mais j’essaie toujours d’avoir quelques petits projets personnels pour m’entraîner quand j’ai du temps.

En ce moment par exemple, je me forme sur deux autres logiciels (un logiciel de vêtements réalistes et un logiciel de textures). Il faut être curieux si on veut rester à la page.

Je réalise aussi des commissions de sculpture de temps à autre, ce qui me permet de modéliser un personnage à la commande mais qui me plaît

 

Des artistes ou des faits marquants à partager ?

J’avais été beaucoup marqué à l’époque par les mangas et les animés du Club Do’ comme Saint Seiya. 

J’ai encore beaucoup de tendresse à leur égard et j’aimerais modéliser quelques personnages car je les trouve puissants et élégants.

D’une manière générale, j’aime que mes créations soient “appealing”* comme on dit dans le jargon, ce qui n’est pas toujours facile à imposer car c’est très subjectif. 

Pour autant, si tu ne fournis pas un travail avec cette exigence quand tu es ZBrusher, le téléphone ne sonnera pas. 

Modélisation 3D d’Obélix (Goscinny et Uderzo)
Modélisation 3D d’Obélix (Goscinny et Uderzo)

*Appealing signifie ici “Attirant, attachant, émouvant” 

 

Si tu devais donner un conseil à un futur modeleur 3D ?

Pour être ZBrusher, il faut être bon et s’accrocher. Le statut d’intermittent amène aussi à des périodes de creux et il faut être solide moralement.

Pour être modeleur global, la détermination est bien sûr nécessaire. Il faut travailler, beaucoup, surtout au début afin de construire sa réputation avec des projets perso solides.

Si sortir d’une grande école est un vrai plus au démarrage, il faut avoir des choses à présenter et montrer qu’on est en mesure de beaucoup travailler.

Un immense merci à notre formateur Nicolas Rozet d’avoir pris le temps de répondre à toutes nos questions avec autant de passion et d’enthousiasme.
 

Voici une vidéo de présentation pour découvrir son travail :

Nicolas Rozet - 3D Sculpting Demo Reel from Nicolas Rozet on Vimeo.

Publié le 19 novembre 2019

Actualités similaires

Formation continue

Découvrez le catalogue de formation continue 2020

Plus de 250 formations, dont 30 nouveautés dans tous nos domaines d'expertise : Animation 3D, Design graphique, Design interactif, Photo, Vidéo tournage, Vidéo montage et Son.

Formation continue

Devenir journaliste reporter d'images : les conseils d'un grand reporter

Couvrir des manifestations, des expositions, de grands rendez-vous politiques ou des zones de conflit, voici le travail quotidien du journaliste reporter d’images.

Formation continue

Documentariste/réalisateur de documentaire : formation, salaire, emploi

Toute production audiovisuelle n’est pas nécessaire de la fiction. Pour celles et ceux que la réalité et le quotidien passionnent, le documentaire s’imposent rapidement comme la meilleure voie. S’il n’existe pas de formation à proprement parler au métier de documentariste, être réalisateur documentaire ne s’improvise pas.

Formation continue

Devenir Photographe de mariage : tout savoir sur ce métier passion !

Découvrez le métier de photographe de mariage avec Fred Bertrand, formateur à GOBELINS.

Revenir en haut de page