Formation continue

Pourquoi et comment développer sa créativité en 2024 ?

Démocratisation et simplification des technologies aidant, il n’a jamais été aussi simple de produire des images et du son. Mais cela ne marque pas pour autant la fin de la créativité. Au contraire même puisqu’une image sans parti-pris tient davantage de l’imitation que de l'œuvre.

Pour aborder l’importance de la créativité et la façon de la cultiver, nous laissons la parole à Anne-Gaël Cousseau, intervenante à GOBELINS Paris dans le cadre des formations Développer sa créativité et Outils de connaissance de soi. Professionnelle de l’image depuis plus de 20 ans et convaincue que la créativité demeure le propre de l’humain, elle revient sur son parcours ainsi que sur les croyances récurrentes qui limitent notre potentiel créatif.

Capture d’écran de l’émission Invisible de Canal+ sur le cyclisme

Anne-Gaël Cousseau s'est frayée un chemin dans le motion design, un domaine où communication et histoire percutent poésie et émotions. Son parcours la conduit au début des années 2000 à l'habillage de DVD, milieu exigeant et formateur tant la créativité est mise à l’épreuve chaque jour. Elle collabore alors avec des noms reconnus tels qu’Orange, TF1, ou Canal+, où sa rigueur et son sens de l’organisation sont appréciés.

Le passage au freelancing en 2012 élargit son horizon, lui offrant la liberté d'approfondir son amour pour le motion design tout en naviguant à travers les défis et les opportunités qu'apporte cette indépendance.

Sa passion pour la narration au travers du mouvement la pousse à explorer de nouvelles façons de captiver et d’émouvoir son audience.

La nécessité de proposer chaque mois une production différente pendant un an et demi pour le programme mensuel “Invisible” dirigé par Clément Cotentin pour Canal+, lui permet par ailleurs de comprendre que mixer des idées n’est pas un aveu d’échec mais une réelle source de nouveauté et d’amusement.

Anne-Gaël COUSSEAU
Formatrice à GOBELINS Paris

"Animer une illustration, c'est comme assister à la première respiration d'un nouveau-né : c’est un instant magique durant lequel le personnage prend vie sous nos yeux".

Anne-Gaël Cousseau

Durant le premier confinement en 2020, elle affine son rapport au mouvement. Elle envisage le motion design comme une danse à chorégraphier dans laquelle chaque geste a une utilité et contribue à un tout cohérent, fluide et intelligible pour le spectateur. Cette période se révèle être un véritable catalyseur pour sa croissance artistique, l'incitant à approfondir ses compétences par une spécialisation en Duik (certifiée experte et formatrice par Nicolas Dufresne lui-même) et ses animations sur After Effects.

Ces expériences et apprentissages ont renforcé sa conviction que la créativité peut prospérer même dans les situations les plus contraignantes jusqu’à l’inciter à se plonger dans le monde du coaching en 2022. Cette exploration des croyances limitantes et du potentiel humain enrichit sa pratique artistique d'une nouvelle dimension : celle de la connexion profonde à soi et aux autres, envisageant la créativité comme le reflet d'un mouvement intérieur, aussi bien qu'extérieur.

De la mise en mouvement d’images au service d’une communication, elle passe alors à la mise en mouvement de l’unicité au bénéfice de la communauté.

Peut-on tous être créatifs ?

Absolument. Nous avons tous notre propre singularité ainsi que les ressources nécessaires pour mettre cette individualité au service du collectif. La créativité est comme un muscle, elle se travaille.

Beaucoup de personnes pensent qu’elles ne sont pas créatives mais ne réalisent pas qu’elles recourent à la créativité tous les jours en trouvant des solutions à des problèmes, même les plus anodins. Car finalement, la créativité ne réside-t-elle pas dans le fait de trouver des solutions dans des contraintes ?

Aujourd’hui, il y a un véritable amalgame entre créativité et art mais un comptable par exemple peut se révéler très créatif juste avec un fichier excel. De même et parce qu’ils sont en recherche permanente de solutions pour transformer la vie du plus grand nombre, les ingénieurs sont éminemment créatifs mais cette dimension est malheureusement sous-cotée dans leur parcours d’apprentissage.

« La créativité est une ressource incroyablement puissante qui permet à chacun de s'épanouir, de faire preuve de résilience et de découvrir des pépites dans les cailloux de la vie. »

Anne-Gaël COUSSEAU
Intervenante à GOBELINS Paris

Quels sont les principaux freins à la créativité ?

Les freins à la créativité sont très nombreux et dépendent de chacun. Par exemple, des personnes dont l’environnement familial n’a pas valorisé la créativité durant l’enfance peuvent voir la confiance qu’elles ont en elles-mêmes altérée une fois adultes.

La peur du lâcher prise est également récurrente. La création, particulièrement artistique, amène à dévoiler beaucoup de soi et à s’exposer à la critique qui peut générer un manque de reconnaissance, voire une forme de rejet. C’est notamment pour cela que la formation prend le temps de développer ce qu’est une bonne et une mauvaise critique.

“Quand on vous tend un marteau, en quoi est-ce une obligation d’une part de le prendre et d’autre part de vous taper avec ?”

Enfin, la créativité comporte une part de risque puisque c’est avant tout un parcours vers soi qui nécessite d’accueillir sa singularité, d’accepter de faire différemment, d’aller au-delà des normes.

Heureusement, la créativité s’apprend. Quelles sont les méthodes possibles pour la développer au quotidien ?

La créativité demande de se connecter à soi, à son environnement et aux autres. De fait et pour être efficace, toute formation ou démarche de développement de la créativité doit aborder ces trois aspects.

La connexion à soi est un travail perpétuel qui doit permettre, entre autres, de pouvoir se fier davantage à son ressenti, de se faire confiance en identifiant des sensations et en les considérant comme des repères. Pour faciliter le tri de toutes ces informations et identifier ce qui est réellement important, on peut d’ailleurs prendre l’habitude de coucher ses pensées sur papier chaque jour. Cela permet de “vider son cerveau” et d’être plus réceptif à ce qui peut nourrir la créativité.

Concernant la connexion à son environnement, la pleine conscience permet d’aiguiser le regard et de repérer puis d’emmagasiner les sources d’inspirations dans le quotidien (lors du trajet domicile/travail par exemple). Cela a un double intérêt : démystifier la créativité en rappelant que “l’effet Eureka” n’existe pas tout en ré-enchantant la vie de tous les jours.

La force du collectif ne doit pas être négligée non plus. Dialoguer avec les autres permet de relativiser l’importance de l’originalité d’une idée. La créativité fonctionne le plus souvent à partir de concepts empruntés à d’autres, ce qui n’est pas un problème tant que l’on conserve une éthique (en proscrivant le plagiat notamment). Travailler en groupe permet de favoriser la prise de parole, d’écouter et d’observer comment ses propres idées émergent grâce à celles des autres.

Pourquoi développer et cultiver sa créativité demeure crucial aujourd’hui ?

La créativité est un véritable outil d’acceptation et d’affirmation de soi mais également de résilience. Parce qu’elle est une ouverture au monde et qu’elle incite à adopter un autre regard, elle facilite la capacité à rebondir lors d’événements négatifs.

Finalement, c’est une composante du mieux-être qui répond à un besoin humain de sens et de contribution : comment, avec ce qui me caractérise (mes compétences atypiques), puis-je trouver ma place (recherche de solution) dans ce monde (avec de la contrainte) ?

Merci à Anne-Gaël Cousseau pour son témoignage passionnant. Vous pouvez retrouver l’intégralité de son parcours et la contacter sur LinkedIn. Elle travaille par ailleurs sur un livre dans lequel elle développe, au-delà de la technique du motion design, la posture du motion designer dont la sortie est prévue fin 2024 aux éditions ENI.

Vous pourrez enfin la découvrir le 17 mai 2024 à Nantes pour une conférence sur le développement de la créativité pour les motion designers lors du festival Motion Motion.

Pour compléter cette lecture, l’intervenante recommande aussi : 

  • "Festin" du directeur artistique et formateur Guillaume Lamarre, où comment la cuisine peut inspirer, affûter et cultiver la créativité dans tous les domaines
  • "La méthode" de l’entrepreneur états-uniens Seth Godin
  • Les livres de l’illustratrice suisse Warja Lavater au format accordéon, qui sont des réécritures de contes avec des formes géométriques et le point de départ de toute sa réflexion sur la créativité.

Votre contact pour la formation continue

Avatar

Elise Morvan

Chargée de clientèle formation continue design graphique

07 64 79 56 94
Actualité publiée le 19 février 2024