Formation continue

Devenir Photographe de mariage : tout savoir sur ce métier passion !

Devenir Photographe de mariage : tout savoir sur ce métier passion !
@Fred Bertrand

Découvrez le métier de photographe de mariage avec Fred Bertrand, formateur à GOBELINS

Je ne me suis pas orienté tout de suite vers la photographie de mariage. 
Quand j’ai rencontré ma future femme, que nous avons eu des enfants, il m’était difficile de rester sur mon ancien emploi de régisseur Général. Il m’a fallu faire un choix. Après réflexion j’ai décidé d’une reconversion professionnelle vers la photographie de mariage.

Effectivement en tant que Régisseur Général et accessoirement photographe de plateau sur les longs métrages cinéma et films publicitaires pendant 20 ans, partir durant plusieurs mois pour faire un film devenait incompatible avec notre vie de famille.

C’est l’AFDAS, que je ne remercierai jamais assez, qui m’a aidé en finançant la totalité de ma formation de reconversion au métier de photographe à GOBELINS, l’école de l’image.
Cette formation m’a permis d’aborder en profondeur toutes les facettes du métier de la technique photographique : de l’argentique au numérique en passant par la chambre noire, le tirage numérique et au bain, l’éclairage (ô combien difficile avec ces nombreux modeleurs), le traitement numérique de l’image, la post production avec Photoshop et Lightroom…
Mais également en abordant l’ensemble des contours de mon nouveau métier de photographe : les droits et statuts du photographe, comment développer le regard et réfléchir sur l’image par une méthodologie d’analyse, l’iconographie...

Tous ces enseignements sont dispensés par des formateurs spécialisés de haute volée dans chaque domaine et spécialité. Aujourd’hui grâce à cette formation complète je sais analyser, construire et composer des images de qualité professionnelle, très appréciées par la clientèle.

photographe-mariage-chinois-paris-001_-_copie.jpg
Crédits : Fred Bertrand

 

>> Pourquoi as-tu choisi la photographie de mariage ?

Le choix d’une spécialisation est propre à chacun(e) d’entre nous en fonction de notre propre tempérament et du « pourquoi » nous nous dirigeons vers un domaine plutôt qu’un autre.
Très personnellement, je suis un indépendant, un loup solitaire, épris de liberté sous toutes ses formes, tant dans la réalisation de mon travail que dans ma manière de vivre. Être photographe, c’est un chemin que l’on parcourt souvent seul et ça me va bien.

Même si l’on croise d’autres photographes de mariage et que l’on a via les réseaux, une vie sociale… être photographe c’est se poser une multitude de questions, toujours se remettre en question, s’auto-analyser, s’auto-critiquer. 
« Quel photographe souhaitons-nous être ? » : cette question doit être au cœur de nos pratiques et réflexions.

Personnellement, j’aime le « Live » et le « One shot », il faut que ça bouge, que ça vive. Le reportage est parfait pour moi. Les situations s’enchaînent sans pouvoir revenir dessus. A trop préparer, on loupe l’image. 
Mais le questionnement permanent est nécessaire : que puis-je améliorer, faire différemment, comment me démarquer de ce qui existe, avoir une démarche artistique personnelle, une idée géniale, une proposition novatrice ? 
Sans « pourquoi », on s’arrête à la 3eme année d’exercice…

lynda-quentin-mariage-0152.jpg

 

La spécificité de la photographie de mariage est justement liée à cette liberté qui m’est si chère. Notre clientèle n’est pas constituée de professionnels qui vous imposeront un carcan mais de particuliers qui vont vous donner carte blanche pour sublimer leur mariage et raconter l’histoire de cette journée.

Il vous est donc possible de jouer sur toutes les notes de la gamme, sans limite. En utilisant les objectifs que vous souhaitez, l’angle de prise de vue, avec ou sans flash, de post produire de la manière que vous jugerez la meilleure (couleurs, preset ou Noir & Blanc, etc.). 

Il faut néanmoins prévoir les différentes étapes du mariage : 
• Préparer les scènes importantes à capturer, maquillage, coiffure, 
• Prévoir des séances de portrait, 
• Capturer l’ambiance (les copines, copains, la famille…),
• Faire preuve de pédagogie en expliquant en amont les divers styles de photo souhaités (à la manière d’un reportage photo-journalistique, mode, décors, enfants…), 
• Organiser les scenarii (mairie, cocktail, soirée…), 
• Amener le bon matériel avec soi.

La relation avec les mariés sera basée sur la confiance et le feeling.

La confiance est primordiale car vous ne pourrez pas montrer les images de leur mariage avant de les avoir shootées. 
Il vous sera important de comprendre l’esprit dans lequel se trouvent les mariés, découvrir votre fil rouge. Sont-ils protocolaires ? Fun ? Glamour & Édito ? Bohèmes ? Quel style d’images aiment-ils en particulier ? 
Et le feeling parce que si vous voulez capturer des émotions, il est nécessaire que les mariés aient envie de vous les offrir en capture, qu’ils se sentent à l’aise, naturels avec vous comme ils le seraient avec un ami. Nous sommes (le photographe de mariage et les mariés) intimement liés à la réussite des images.

Enfin, la liberté d’exécution et la pluralité des situations de lieux et d’éclairages font la différence avec d’autres spécialisations photographiques. Vous devez savoir tout faire très bien et rapidement. Battez-vous pour que chaque image soit la couverture de leur livre photo ! Vous serez libres, totalement libres de faire ce clic ou pas. 
« Qu’est-ce qui vous pousse à déclencher à ce 125eme de seconde ? » C’est la question que vous vous poserez 2500 fois durant un mariage.

>> Quelle(s) formation(s) faut-il suivre pour devenir photographe de mariage ?

Sur le marché de la photographie de mariage, on trouve des photographes professionnels qui font du mariage pour des raisons économiques, financières, sans grande passion, des autodidactes sans réelle formation initiale…. Je dirai donc qu’aucune formation n’est obligatoire mais toutes sont d’un grand secours. C’est un métier. 

manon-matthieu-0008.jpg

 

D’ailleurs, après une longue pratique de la photographie de mariage par des amateurs, avec des photos plus ou moins réussies en termes de message, de styles, de narration…, de plus en plus de futurs mariés, et leur famille, ont recours à un professionnel photographe spécialisé dans le mariage.

La première chose à considérer est que vous êtes d’abord un chef d’entreprise ! Vous vendez un service photographique spécialisé dans le mariage.
Si vous souhaitez vous reconvertir vers le métier de photographe, je conseille vivement les formations que j’ai moi-même suivies  « devenir photographe, les pratiques indispensables", suivie de son complément « Professionnaliser sa pratique ». Les intervenants, tous photographes et passionnés, donnent vraiment toutes les clés pour exercer ce métier.

De plus, il est très important de maîtriser les 3 piliers de gestion d’activité d’une entreprise, quelle qu’elle soit : 
• Les aspects juridiques du métier de photographe, 
• Le marketing, avec une grosse partie web, stratégie éditoriale (incluant un site web professionnel) et la diffusion de contenus sur les réseaux sociaux,
• La comptabilité des activités.

Un business plan est également indispensable pour savoir où on va et quels sont les prochains objectifs à atteindre. 

Bien évidemment, il est impératif de connaître les possibilités techniques de votre équipement photo afin de répondre à toutes les situations. On peut commencer avec relativement peu de matériel et, au fur et à mesure, alourdir son sac photo de plusieurs objectifs, flash, et accessoires en tout genre.

Le « pourquoi » vous voulez faire ce métier est primordial pour vivre dans l’ultra concurrence. L’argent ne peut être la seule motivation car en face vous aurez beaucoup de travail à fournir. 
Le métier confère donc de l’anticipation, de la polyvalence, une flexibilité à toute épreuve, mais surtout de la passion. 

C’est un métier à part entière et c’est ce qui m’a poussé à proposer cette spécialisation en formation professionnelle continue à GOBELINS afin de transmettre mes savoir-faire et mon expérience. Cette formation vous permettra de choisir et de prendre confiance dans votre écriture photographique, en rendant votre style unique et en le faisant évoluer au gré des attentes de vos clients (les « cinq moments clés » de la photographie de mariage).

>> Quel matériel de base recommandes-tu ?

Tout le matériel électronique doit être en double exemplaire en cas de panne pendant le mariage et cela arrive toujours pendant un mariage et jamais quand il est rangé dans son sac…
• Deux boitiers avec un 35mm et un 85mm peuvent suffire,
• Deux flashs,
• Des batteries & des piles,
• Des cartes mémoires.
À ce sujet, je préfère les cartes de petites contenances (16Go) qui me permettent d’en changer après chaque « moment » : préparation, mairie, famille, couple, etc… Cela pour éviter de perdre tout le mariage en cas d’avarie sur une carte de grosse capacité…

fanny-marvyn-1265.jpg

 

>> Et le portfolio dans tout ça ?

Voilà une des choses primordiales à faire et commune à toute entreprise. 

Le savoir-faire c’est bien et le faire-savoir c’est mieux !

Il faut aborder cette partie marketing sous plusieurs angles. Il y a les nouveaux clients à séduire mais aussi les anciens clients qui sont vos meilleurs commerciaux et les apporteurs d’affaires.
Pour ça, ce sont donc des compétences techniques web que vous devrez acquérir pour faire votre propre site, vitrine de votre activité. Mais aussi des compétences pour optimiser et augmenter votre présence et influence sur les réseaux sociaux. 
Se rapprocher de wedding planners ou des lieux et/ou des organisateurs de réception est une bonne base pour constituer votre réseau.

>> Y a-t-il un statut juridique privilégié ?

Le statut est une chose personnelle qui se doit d’être réfléchi posément avec les conseils d’un comptable.Il dépendra de ce que vous envisagez de faire de votre métier et de combien vous espérez en tirer les fruits.

Pour commencer et se tester, le régime de la micro-entreprise est suffisant et vous offrira une grande souplesse et peu de taxes mais vous serez contraint à bien des endroits.
SARL, SASU, EURL sont d’autres formes de statuts qui vous permettent d’augmenter votre chiffre d’affaire mais de revoir aussi à la hausse les taxes inhérentes qui impacteront votre rentabilité.

Si vous décidez de faire du « wedding destination » et de ne shooter que des mariages à l’étranger, c’est dans d’autres pays qu’il sera plus judicieux de créer votre entreprise, une LTD par exemple car moins de fiscalité y est attachée.  Si vous résidez en France quel que soit votre statut vous payerez l’IR en France.

fanny-marvyn-0019.jpg

 

>> Comment fixes-tu tes tarifs et à quel salaire un photographe de mariage peut-il prétendre ?

C’est très variable. Certains font +100k de CA quand d’autres ne font que quelques petits mariages.
Souhaitez-vous embaucher un commercial, une community manager, un graphiste, une secrétaire, plusieurs photographes et créer une grosse agence de photos en allant sur plusieurs secteurs d’activités comme le corporate, la photo scolaire, le studio (grossesse et famille, culinaire, mode…). 
Ou allez-vous faire de ce métier un complément de votre première activité et ne vous contenter que de quelques mariages locaux ? Quel type d’entrepreneur êtes-vous ?

Avec le régime des micro-entrepreneurs et en allant jusqu’au seuil de la TVA, vous pourrez compter sur un salaire de 2000 euros nets par mois, impôt sur le revenu payé MOINS les frais de fonctionnement de votre entreprise (assurance, amortissement du matériel, voiture etc.).

Le prix est une chose compliquée qui met du temps à se mettre en place. Au début, vous copierez les tarifs des autres photographes en comparant leur travail au vôtre. Ce n’est pas une bonne idée mais il faut bien trouver une base pour commencer avant d’affiner.

C’est aussi : 
Un positionnement marketing en fonction de la cible de clients que l’on vise
Une cohérence avec l’expérience, le service et le talent (votre « pourquoi »)
Un amortissement de votre propre train de vie personnel
Le reflet de votre confiance en vous et en la valeur de ce que vous offrez

>>​ Comment évolue le métier selon toi ?

C’est un milieu fantastiquement dynamique. La technologie et les ingénieurs ont de tout temps donné des ailes aux artistes. Vous n’allez pas vous ennuyer à suivre son actualité.
Le drone évidemment, plus pour la vidéo que la photo de mariage. Mais aussi faire des shootings grossesse en milieu aquatique ou des photos sous-marines de couples avec leurs robes et costumes de mariés.

Il y a aussi une grosse actualité numérique sur les appareils mais aussi pour le web.Certains prennent à contre-courant les modes et offrent un travail 100% argentique

lynda-quentin-mariage-0800.jpg

 

C’est également un milieu qui est traversé régulièrement par des modes. Des manières de faire. On le voit avec les presets qui donneront une ambiance, une perception du mariage.

Il y en a 3 prépondérantes avec pour chacune des dérives :
• Fearless : couleurs vives, extravagance, spectaculaire, bling bling,
• Lumineuse : désaturation des couleurs, grain, mariés « tristes » offrant plus de romantisme,
• Photo-journalistique : de l’ambiance sans posing, noir et blanc.

S’adjoindre les compétences d’un réalisateur de films de mariages est une chose quasi obligatoire pour faire certains gros mariages ou dans certaines communautés pour lesquelles c’est un pré-requis.

L’autre attrait de ce métier est que vous allez vous fondre dans l’intimité des croyances religieuses, philosophiques et civilisationnelles de vos clients. Mais tout autant au cœur de leurs émotions, rires et pleurs.
Chaque week-end, vous serez tour à tour : juif, musulman, chrétien, laïque, asiatique, africain, américain, russe ou indien !

Souvent, je pense que nous sommes aussi importants qu’un docteur ou un homme de foi tant nous sommes au cœur de l’intimité de ces familles en leur apportant un patrimoine familial à travers nos images.
Vous verrez aussi le lien qui se tissera avec vos clients qui pour certains deviendront de vrais amis. On n’est jamais à l’abri d’aimer son prochain. ;)

>> Y a-t-il des photographes qui t’inspirent ou des artistes que tu aimerais recommander ?

Oui, et ils sont nombreux et nombreuses dans ce qu’ils ont de différents comme démarche artistique. Je n’aime pas de la même manière et donc pour les mêmes raisons les poires et les fraises. Mais je les aime tout autant.

Si je devais en retenir un dans la photo de mariage, ce serait pour sa justesse, sa cohérence, son omniscience, son talent, pour les gros mariages qu’il couvre et aussi parce que je connais l’homme qui est remarquable. 
Un véritable artiste. C’est un tout. C’est aussi du mimétisme, j’aimerai lui ressembler. Il s’agit de David Bastianoni, il est Italien. 

photographe-mariage-chateau-vallery-yonne-49.jpg

Crédits photos : Fred Bertrand

 

 

 

Publié le 8 mars 2019

Actualités similaires

Formation continue

Devenir UX Designer : le métier, la formation, le salaire

Vous en saurez plus sur l’UX Design, les métiers associés et les formations dans ce domaine !

Formation continue

GOBELINS, l'école de l'image : la solution COMPÉTENCES !

Donnez de la perspective à votre avenir, à vos projets, à vos ambitions, à votre carrière professionnelle... Formez-vous à GOBELINS !

Formation continue

Vidéo en VR : techniques d'écritures, construction de l'expérience, formations

Interview de Gérard Bernasconi – scénariste auteur-réalisateur, blogger sur l’écriture en Réalité Virtuelle (www.virtualscript.fr), enseignant à GOBELINS, porteur du programme « Écriture de contenus en VR ».

Formation continue

Catalina MESA, ancienne de GOBELINS, réalise son 1er film "Jericó, l'envol infini des jours"

Catalina MESA, s'est formée à GOBELINS... Elle est aujourd'hui réalisatrice et vous présente son film "Jericó, l'envol infini des jours".

Revenir en haut de page